Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...



Accueil > Actualité > L’ART À L’HÔPITAL : DU SOUHAIT D’UNE ARTISTE À LA RÉUSSITE D’UN RÉSEAU

L’ART À L’HÔPITAL : DU SOUHAIT D’UNE ARTISTE À LA RÉUSSITE D’UN RÉSEAU

samedi 14 août 2021

L’installation de « A New Now » >>>, l’œuvre de Morag Meyerscough, sur le Socle (Paris 04) a eu une suite étonnante : son transfert, non prévu initialement, au milieu de l’hôpital Foch de Suresnes.

Les lecteurs de Voir et Dire connaissent l’engagement de V&D dans l’association 6M3/Six mètres cube , lauréate de l’appel à projets Embellir Paris : montrer temporairement des œuvres surprenantes sur un piédestal (« le Socle ») érigé derrière Beaubourg, dans l’espace public.

En septembre 2020 a été inaugurée une œuvre splendide d’une artiste anglaise, emblématique de son attitude durant la pandémie de la COVID : résister collectivement et repartir dans la vie.
En janvier 2021, alors qu’elle était interrogée sur le devenir de son œuvre, l’artiste londonienne a demandé à l’association de trouver un nouveau lieu pour l’installer et en faire profiter d’autres publics. Ce souhait et cette générosité ont mis 6M3 dans l’embarras une fois que la Ville de Paris eut déclaré ne pouvoir y donner suite : une mini tour de 8,5 m de haut et de 10 m de circonférence ne peut pas facilement répondre à toutes les contraintes de sécurité, dans des délais très brefs, par exemple dans une cour d’école. Dans ses réseaux 6M3 avait eu l’occasion de rencontrer un amateur d’art lié aux hôpitaux parisiens. Il s’est alors amusé d’un tel défi et a mis en relation 6M3 avec la direction de l’Hôpital Foch de Suresnes, très innovant médicalement mais aussi par son attention portée aux patients ; la Fondation privée Foch a accepté le projet, hors du commun. Rapidement, un lieu a été choisi collectivement : une cour logistique au centre de l’établissement où le souci fonctionnel prévalait largement sur l’aspect visuel alors que la cafétéria du personnel, des espaces de travail et les chambres de 200 patients donnaient sur cette vaste cour. L’œuvre avait suffisamment de force pour transformer l’environnement et donner de la joie.

Pour réduire les coûts d’une telle opération, l’hôpital a chargé la régie de 6M3 de démonter l’œuvre du centre de Paris et de la remonter à Suresnes. Une fois tous les documents administratifs signés, la régie a réalisé l’opération en 15 jours, y compris la reprise de peinture et le vernissage pour que cette œuvre en bois peint puisse vivre le plus longtemps possible. Cette prouesse technique n’aurait pu avoir lieu sans l’implication et la générositéde nombreuses personnes, notamment les responsables de l’entreprise d’échafaudage Layher qui déjà avait fait le don d’une location-montage pour le Socle.
L’art à l’hôpital : un objectif qui ne se trouvait pas dans les statuts de 6M3 ! On en a largement parlé à Suresnes et à Paris bien sûr.

Aussi surprenant, du fait des conditions sanitaires, l’artiste Morag Meyerscough n’a toujours pas pu quitter Londres pour voir son œuvre ni à Paris ni à Suresnes.
L’œuvre actuelle de Khaled Dawwa se prépare-t-elle à vivre une expérience analogue à l’automne 2021 ?

Jean Deuzèmes