Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Exposition en cours ou à venir > Voir et Dire : les expositions 2017


Voir et Dire : les expositions 2017



Saint-Merry 2017. Présentation des expositions décidées par le Collège des arts visuels

Le Collège a reçu 16 dossiers de candidatures (316 clics sur l’article de l’appel à projets V&D en 56 jours). Compte tenu des travaux dans l’église le nombre d’artistes retenus est limité. Le prochain appel à projets portera sur la Nuit Blanche 2017.

Anne Christine Dura (4 mars -3 avril)
Instantciel
365 pastels sur papier (14,7x10,4), autant de vues du ciel dessinées chaque jour depuis la fenêtre de l’atelier de l’artiste.
Le ciel d’une année entière entre dans une église.
Une méditation visuelle qui n’est pas si loin de la pratique quotidienne des Laudes.
« Pendant toute une période, je cherchais l’inspiration. Pour affronter la page blanche et me délier la main, j’ai simplement dessiné ce qui m’était donné à la fenêtre de mon bureau, le ciel. Ça tombe bien, le ciel est toujours là et il n’y en a jamais deux pareils. … Répéter un même sujet tous les jours, dans la durée agit et transforme le travail et l’artiste : au fur et à mesure des rencontres silencieuses, mon regard s’ouvre.
…Finalement au fil de ce travail quasi monacal, ce qui se creuse c’est l’émerveillement. Et la contemplation du ciel se transforme en une immense gratitude. »

En savoir plus >>>

Maxim Kantor (7 avril-19 mai)
Gemälde
Une exposition de huit grands formats dont trois conçus en 2017 spécialement pour Saint-Merry, qui fait suite au don de « Merry Cathedral », en 2015.
Une ouverture sur l’œuvre spirituelle récente d’un artiste à la visée universaliste qui ne cesse aussi de dénoncer par ses peintures, ses sculptures, ses romans et ses pièces de théâtre les risques qui pèsent sur les démocraties.
Un engagement de Saint-Merry à mieux faire connaître cet artiste, maître des couleurs et des formes débordantes de symboles. Un artiste qui revisite parfois les grandes figures de la culture et pour qui l’art est l’expression des vérités sur le monde dans lequel nous vivons. Alors que va se dérouler l’élection présidentielle, cette exposition est l’expression spirituelle, par la peinture, d’une conscience morale dans l’Europe d’aujourd’hui.

Renaud Allirand (DIP) (Juin-Juillet)
Des oiseaux et des hommes
Un artiste qui dessine avec virtuosité les humains et les oiseaux, dans la spontanéité et l’intuition. Il viendra remplir de ses œuvres Saint-Merry et les fouilles faites à l’occasion des travaux de réfection du système de chauffage. De l’humour, de la légèreté, une œuvre communicative de l’amour de la vie. Quand l’art envahit une église éventrée.

Antony Croizet
Repose-Poignet
Ralentissez, arrêtez-vous : une table, deux chaises dans une chapelle, une invitation à s’arrêter faite à deux personnes qui ne se connaissent pas et visitent le bâtiment en même temps. Une démarche interactive autour d’une installation minimale.
Sur la table, un objet légèrement concave sur le dessus, pour épouser la forme d’un poignet, le « Repose-Poignet » destiné à l’examen du pouls de l’autre. Replacer un geste, historiquement médical, dans une sphère poétique et spirituelle, s’éloignant pour un temps de l’hyper-technologie et de la frénésie du quotidien.
Une expérience artistique et humaine étrange pour se mettre à l’écoute de quelque chose de différent et de vital, au milieu d’un espace qui a été conçu initialement pour la prière.

Alejandro Tobon. Exposition d’été (Août-15 septembre)
Natures différentes.
Huit structures sonorisées et faites avec du bois réutilisé, ramassé dans les rues de la ville de Medellín en Colombie. Ces pièces d’architecture vernaculaire de 5, 4, 3.5, 2.7 mètres, tissés de la même manière que les nids de “gulungo”, des loriots, construits avec les mêmes principes traditionnels et d’artisanat qui se trouvent dans la menuiserie.
« Placées à l’intérieur de Saint-Merry, dans un paysage différent de leur point de référence, deux natures différentes, mais en égalité de conditions, ces lieux ayant en commun d’avoir été créés pour la vie, pour naitre, pour être appréciés en regardant le ciel.
Une invitation à la réflexion sur la responsabilité des humains à la préservation de la terre. Tourner les regards vers la nature pour reconnaitre des valeurs qu’elle conserve. Imaginer de nouvelles manières simples, organiques, minimes et efficaces d’habiter le monde et réfléchir ensemble à d’autres perspectives de développement. »

Jean Marc Forax & Nicolas Charbonnier (projet encore à l’étude)
Sai No Kawara
Installation constituée d’un minimum d’une douzaine de monticules de galets (le nombre pouvant aller jusqu’à 16) réalisés au crochet par Jean-Marc Forax. Suspendu au plafond, flottant au-dessus du sol, chacun des monticules contient un haut-parleur. Du sel est répandu sur le sol.

Une origine culturelle et spirituelle : le Bouddhisme japonais. Un questionnement de la mort pour parler de la vie elle-même.

Till Roeskens
Vidéomapping : Aïda. Palestine
Une vidéo de 46’ qui dessine Aïda, un camp de réfugiés palestiniens à Bethléem, en recueillant les paroles de ceux qui y habitent.

Jean Deuzèmes. 25-02-17

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.