Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Artistes invités > Exposition en cours ou à venir > Merlin Nyakam et Vincent Harisdo. Créations à Saint-Merry


Merlin Nyakam et Vincent Harisdo. Créations à Saint-Merry



Manifestation artistique transdisciplinaire filmées à Saint-Merry. Deux créations chorégraphiques (2 et 8-11-18) intégrées à l’exposition #marenostrum. Profondeur et puissance.


De l’exil à l’humanité en passant par la figure du nomade, ces réflexions ont été au cœur de deux créations chorégraphiques africaines présentées à Saint-Merry lors de l’événement #marenostrum (16 octobre-2 novembre 2018). Dans cette installation, Haude Bernabé (>>>). L’artiste poussait un cri d’ordre moral : visiteurs, que faites-vous face au drame de l’exil et de la mort qui menace lors de la traversée de notre mer commune ?

Deux chorégraphes, Merlin Nyakam du Cameroun, et Vincent Harisdo du Bénin, ont repris à cette occasion deux œuvres antérieures qui ont ainsi bénéficié du cadre splendide de l’église Saint-Merry, la nuit et les éclairages amplifiant la beauté des œuvres. D’un côté, une vision anthropologique des rapports au monde, de l’autre, une mise en abîme du drame de l’exil.

Ce sont en réalité deux nouvelles créations qu’ils ont dansées, sur des principes chorégraphiques très différents : Et’am a entraîné les spectateurs dans toute l’église devenant une immense scène pour le créateur camerounais. La Symphonie de la solitude – Sombra, était interprétée derrière un écran où était projeté le film Sombras de Oriol Canals, les corps réels du chorégraphe et de son musicien se mêlant aux séquences agrandies de cinéma.

JD

Merlin Nyakam. Et’am. 8-11-18

Danseur, chanteur, comédien et chorégraphe, Merlin Nyakam est devenu danseur étoile du Ballet National du Cameroun à 16ans.
Dans son ballet Et’am, créé en 2008, il opère un retour aux sources de l’humanité.
« C’est la rencontre de la culture africaine et aborigène. C’est un appel au retour aux sources, à l’essentiel. C’est comme si j’étais parti pendant longtemps et que j’avais perdu mes racines, il fallait que je revienne me retrouver.  »
Dans cette création, il formule de nombreuses questions sur la destinée de l’homme, depuis son apparition jusqu’à son retour à la terre.

Dans cette réinterprétation de son œuvre initiale, Merlin Nyakam a invité les spectateurs de Saint-Merry à le suivre d’un lieu à un autre : de la chaire, d’où il surgit au début, à l’espace contemporain de la lecture dominicale des textes bibliques, en passant par le chœur et la chapelle où a été accrochée l’œuvre de Maxim Kantor, Merry Cathedral. Il a redonné une nouvelle dimension à ces espaces dédiés au rituel religieux.

La musique sur laquelle il danse comprend une bande-son de voix, et les bruits qu’il produit à partir de son propre corps (claquements de mains ou de pieds, chants gutturaux ou textes déclamés). Le silence tient aussi une grande place dans le déroulement de cette création.
Avec ses calebasses et ses récipients de bois, le danseur donne à voir et à entendre la multiplicité des liens de l’humanité à la terre.

Merlin Nyakam. Et’am. Création chorégraphique à Saint-Merry, 8-11-18 from Voir & Dire on Vimeo.

Vincent Harisdo. Symphonie de la solitude - Sombras. 2-11-2018

Chorégraphe et professeur, Vincent Harisdo, originaire du Bénin, est un fin connaisseur de la danse africaine et vodoun béninoise (
http://www.ffl.lu/servicevolontaire/elisabeth-dahmen-au-benin/pratique-du-vaudou-au-benin/)
Sa danse faite d’instinct est l’expression toujours renouvelée de ses racines animistes et de ses pulsions profondes.
La Symphonie de la solitude-Sombras interprétée sur la musique d’Abou Diarra, originaire du Mali, qui improvise avec son Camel N’Goni, appelé aussi le luth de griot, est apparue comme une double improvisation sonore et visuelle, le 2 novembre à Saint-Merry, sans aucune répétition.
Dans ce solo, Vincent Harisdo dialogue avec le film Sombras d’Oriol Canals dont les extraits sont projetés sur un écran fin, situé devant le musicien et lui.
La force de cette interprétation tient aux écarts d’échelle, entre les images projetées et la réalité des corps, à l’intégration de la musique du film, au son du Camel N’Goni, au dialogue entre les séquences du film et les mouvements des corps.

Symphonie de la solitude - Sombras. Création chorégraphique de Vincent Harisdo. 2-11-2018. Église Saint-Merry (Paris) from Voir & Dire on Vimeo.

site de l’artiste : http://www.harisdo.com

Merci à
• Thomas Monnier et son équipe. Régie
• Paolo Gérard et son équipe. Lumière
• Oriol Canals et Juliette Juin. Coordination et communication
Jean Deuzèmes

Voir et Dire, un réseau sur l’art contemporain, pour le comprendre et l’apprécier.

Retour page d’accueil et derniers articles parus >>>

Recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire et ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de faire connaître ce site dans vos propres réseaux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.