Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Louise Dahl-Wolfe. L’élégance en continu


Louise Dahl-Wolfe. L’élégance en continu



Rétrospective d’une artiste qui a fait entrer la photo de mode dans la modernité et a contribué à changer l’image de la femme.

Redécouverte de Louise Dahl-Wolfe (1895-1989), la photographe qui a bouleversé les codes de la photographie de mode et le portait hollywoodien en changeant l’image de la femme : libre et élégante.

En consacrant une exposition significative à cette femme américaine de caractère, la principale collaboratrice du magazine Harper’s Bazaar pendant plus de 20 ans, le Pavillon Populaire de Montpellier, centre d’exposition photographique de cette métropole, fait redécouvrir une photographe ayant marqué profondément la génération qui l’a suivie avec des artistes comme Irving Pest ou Richard Avedon.

JPEG - 1.9 Mo
Louise Dahl-Wolfe, En admirant Matisse, Musée d’art moderne, New York, États-Unis, 1939

Louise Dahl-Wolfe s’est imposée par sa force de caractère et sa place dans le système comme en témoigne sa brutale démission de Harper’s Bazaar. En 1958, après plus de 20 ans de présence au sein de ce prestigieux magazine où elle avait produit de nombreuses couvertures et bien des photos, elle claque la porte, car le nouveau directeur artistique a eu « l’audace » de regarder dans son viseur ce qu’elle photographiait ! Ensuite elle collabore brièvement au magazine Vogue en 1959, avant d’abandonner la photographie en 1960. Elle se met à étudier la reliure, le français et la couture, et se retire définitivement à Frenchtown, New Jersey, en 1961.
Entre mode et portraits, entre Noir et Blanc et couleur, cette artiste n’a cessé d’innover en se servant de Harper’s Bazaar comme vitrine. Ses clichés avaient été injustement oubliés.

Itinéraire d’une femme déterminée

L’entrée dans la photographie (Déplier le dossier>>>)

Fille cadette d’un couple d’immigrés norvégiens, elle entre en 1914 à l’École des beaux-arts de Californie, à San Francisco où elle réside. Pendant six ans, elle y étudie le design, la composition, l’histoire de l’art et la théorie de la couleur, entre autres matières. Elle suit également des cours de dessin, de peinture d’après modèle vivant et d’anatomie, ce qui aura beaucoup d’influence sur ses cadrages.
En 1915, elle découvre la peinture impressionniste et postimpressionniste lors de l’Exposition universelle de San Francisco et elle assiste en 1916 à une représentation des Ballets russes de Diaghilev.
 Après la mort de son père, survenue en 1919, elle doit reporter son projet de suivre des études d’architecture d’intérieur à New York. Elle commence à travailler comme créatrice d’enseignes lumineuses. En 1921, elle fait la connaissance de la photographe Anne W. Brigman, qui sera une grande source d’inspiration, et se lance dans la photographie. Dès 1923, elle part pour New York.
Après la mort de sa mère en 1926, elle décide de prendre de la distance et de voyager en Europe et en Tunisie avec son amie Consuelo Kanaga, photographe pour le San Francisco Chronicle. Elle rencontre le sculpteur Meyer « Mike » Wolfe. Ils se marient à New York et s’y installent en 1929. Ils vont s’aider mutuellement et chacun exercera une influence sur la carrière de l’autre.

Entrée dans la photographie de mode

(Dans le portfolio, diaporama de photos en grand format)

GIF - 65.4 ko
Louise Dahl-Wolfe, Ophelia, 1933

En 1933 l’un de ses premiers clichés, Ophelia, une habitante du Tennessee, est publié dans Vanity Fair. Ce travail est dans l’esprit du temps de la grande crise où l’administration envoie des photographes pour documenter l’état du pays. Ce travail n’est pas sans évoquer Sid Grossman, le père de la Street Photography (lire V&D>>>).
Mais au lieu de s’engager dans la question sociale comme lui, elle fait ses premiers portraits de mode pour deux grands magasins de vêtements avant d’être engagée en 1936 par Harper’s Bazaar qui sera la vitrine de son travail durant 22 ans. Elle va se consacrer aux portraits et aux photographies de mode, avec une créativité et un dynamisme exceptionnels : 86 couvertures, 600 pages en couleur et d’innombrables portraits en noir et blanc. Elle a l’appui d’autres femmes elles aussi de caractère, la rédactrice en chef Carmel Snow et la rédactrice de mode Diana Vreeland, ainsi que du directeur artistique Alexey Brodovitch. Elle impose un style et fait sortir la photo de mode des studios. Fort de ses soutiens au magazine, elle voyage dans le monde entier pour y poser ses mannequins.

JPEG - 126.5 ko
400 Louise Dahl-Wolfe, Lauren Bacall, Saint Augustine, Floride, États-Unis, 1943. Cc

En 1938, la revue Harper’s Bazaar l’envoie à Hollywood pour faire des portraits de stars de cinéma. Elle utilise les principes qu’elle a définis dans la mode et renouvelle alors le genre du portrait hollywoodien. Ensuite, chaque année, elle y revient pour réaliser les portraits des plus grands noms de la jeune industrie cinématographique : Vivien Leigh, Marlene Dietrich, Carole Lombard, Bette Davis, Ginger Rogers, Orson Welles, Charles Boye…. Mais c’est en 1943, qu’elle allie les deux veines : elle photographie un jeune modèle de 17 ans, Betty Bacall qui apparaît en couverture de Harper’s Bazaar. Le réalisateur Howard Hawks la découvre alors, l’engage par contrat, change son prénom pour celui de Lauren et lui offre un rôle dans son film Le Port de l’Angoisse (To Have and Have Not, 1944), avec Humphrey Bogart dans le rôle-titre, ce qui marqua le début de sa grande carrière d’actrice.
La célébrité de Louise Dahl-Wolfe est faite, on se presse à New York pour se faire photographier dans le studio qu’elle garde, non sans conflit avec la revue qui l’emploie, on lui demande de faire des portraits quand elle passe par telle ou telle grande ville, comme Paris capitale de la création : entre autres Colette, Yves Montand, etc.

Sa photographie : rupture, innovation et élégance

JPEG - 1.9 Mo
Louise Dahl-Wolfe, Sans titre, 1940

À l’entrée de Louise Dahl-Wolfe dans le domaine de la mode, les photos étaient prises en studio puis retouchées avec les codes du glamour. Forte de ses expériences des voyage, elle opère une rupture en sortant ses modèles en pleine lumière, dans des lieux les plus divers.

Mais à la différence de bien des photos contemporaines où le vêtement et l’accessoire peuvent être seconds par rapport à l’affirmation d’un esprit, d’une marque ou d’un label, Louise Dahl-Wolfe valorise la nouveauté des vêtements par un renouvellement des situations, par des cadrages innovants, par des poses inspirées par le lieu. Bien avant Richard Avedon qui, luI, vend à la fois des lieux, de la culture, des vêtements, des images de célébrités, elle utilise et exploite les lieux ou les mises en scène pour vendre avant tout les produits des créateurs. Le monde s’ouvre, elle utilise des sites touristiques comme Paris ou des espaces fréquentés par les lecteurs (la plage, le zoo, le musée, etc.) sous un angle original, qui fait plaisir à l’œil ; elle emmène aussi ses modèles dans des espaces exotiques, dont elle va exploiter des détails visuels pour mettre en valeur le vêtement et celle qui le porte.
Louise Dahl-Wolfe, Jumelles à la plage. Nasáu, Bahamas, 1949. Cc {JPEG}Elle propose ainsi une nouvelle image de la femme : libre, maître de son plaisir, hédoniste, retenue, mais aussi sensuelle, très souvent seule, fumant, voyageant, visitant les musées, les villes ou les monuments. Une femme qui affirme sa féminité au quotidien. Mais Louise Dahl-Wolfe n’a pas d’approche explicitement féministe, la femme est autonome, l’homme dans le hors champ.

Une photographie de classe sans nul doute ; ce n’est pas la femme de la classe moyenne qui est mise en avant, ni celle qui travaille, mais celle de la haute bourgeoisie dont les valeurs peuvent être appropriées ensuite par toutes les autres, celle qui fait rêver.

Louise-Dahl-Mary Jane Russell with maids peeking-1950 {JPEG}La photo de la mère qui part en soirée avec en arrière-plan, la nurse à laquelle laisse son bébé ou celle de la femme sous le regard admiratif de son personnel de maison sont significatives d’une manière d’être : mère et femme émancipées ayant une vie sociale. L’élégance n’est pas que dans le vêtement, elle est un style de vie que la photographe promeut.
Les lieux servent intensivement à des compositions très originales pour l’époque. Les photos ayant Paris comme cadre sont caractéristiques, car elles utilisent l’imaginaire partagé de cette capitale de la création et du luxe pour y montrer Cacharel, Dior, etc. :

Louise Dahl-Wolfe, Suzi Parker au bord de la Seine, ensemble Balenciaga, Paris, France, 1953 {JPEG}Louise-Dahl-Paris 1946 {JPEG}Louise Dahl-Wolfe, Dior {JPEG}

-  Un modèle sur un bord de quai de Seine, avec en arrière-plan une jeune femme assise faisant un dessin. Paris, lieu de la liberté féminine et de sa capacité artistique
-  En 1946, un modèle marchant avec énergie seule devant un mur écroulé. Paris partiellement détruit est toujours le lieu de la création de mode
-  Un modèle debout devant la tour Eiffel, avec deux chiens : les laisses et les jambes de la femme reprennent les lignes du pied du monument.
 Louise Dahl Wolfe TwinsWith Elephants. In Sarasota-USA-1947 {JPEG}L’époque est marquée par le surréalisme, Louise Dahl-Wolfe y est sensible : la visite au zoo de deux modèles de blanc vêtus, prises de dos devant deux éléphants assis exprime le contraste complet entre l’élégance et la lourdeur.
Les cadrages sont souvent étonnants et en permanence innovants, mais toujours au service du vêtement et de l’accessoire : les horizons inclinés, les symétries autant que les dissymétries, les positions des corps rappelant le carroyage des céramiques ou les courbes des palais d’Afrique du Nord en arrière-plan, etc.

JPEG - 1.9 Mo
Louise Dahl-Wolfe, Yves Montand dans son studio. Paris, France, 1946. Cc

Les nombreux portraits d’acteurs et actrices relèvent de la même posture. Louise Dahl-Wolfe les sort du studio et son Rolleiflex les photographie en plein air, sous une lumière naturelle, ou chez eux, pleins de vie, s’affirmant ou jouant devant l’objectif. Les idoles inaccessibles stéréotypées par l’industrie du spectacle deviennent proches, voire familières, et des objets d’identification.

L’exposition de Montpellier privilégie les photos en photos en Noir et Blanc, alors que Louise Dahl-Wolfe s’est emparée très tôt du processus couleur. C’est en 1936 que le format 8mm couleur Kodachrome est disponible pour le cinéma. La photographe s’en saisit rapidement et les couvertures du magazine changent profondément.

En feuilletant les nombreux publications sur la mode, dont celle relatant l’histoire de Harper’s Bazaar, on se rend mieux compte des basculements successifs de la photo de mode et de la place essentielle qu’a occupée Louise Dahl-Wolfe.

Une redécouverte largement justifiée d’une artiste qui a étrangement estimé que la peinture était supérieure à la photographie [1].
Vidéo à partir du modèle iconique de Vogue Jane Patchett

Jean Deuzèmes

Retour page d’accueil et derniers articles parus >>>

Recevoir la lettre mensuelle de Voir et Dire et ses articles ou dossiers de commentaires d’expositions, abonnez-vous >>>
Merci de faire connaître ce site dans vos réseaux.


COPYRIGHT : © Louise Dahl-Wolfe, 1989 Center for Creative Photography,
Arizona Board of Regents. Courtesy Staley-Wise Gallery, New York

Pavillon Populaire : 19-10-2016/ 08-01-2017
Commissaire : Olivia Maria Rubio
Commissaire associé et directeur artistique : Gilles Mora


[1"I believe that the camera is a medium of light, that one actually paints with light. In using the spotlights with reflecting lights, I could control the quality of the forms revealed to build a composition. Photography, to my mind, is not a fine art. It is splendid for recording a period of time, but it has definite limitations, and the photographer certainly hasn’t the freedom of the painter. One can work with taste and emotion and create an exciting arrangement of significant form, a meaningful photograph, but a painter has the advantage of putting something in the picture that isn’t there or taking something out that is there. I think this makes painting a more creative medium." — Louise Dahl-Wolf, 1984 (Source : http://www.mocp.org/detail.php?type=related&kv=7020&t=people)

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.