Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Julie Legrand. Les bouches à nourrir


Julie Legrand. Les bouches à nourrir



L’œuvre en osier installée dans les airs de Saint-Merry à l’occasion d’une nuit interconfessionnelle renvoie à de nombreuses symboliques dont le sein nourricier.

L’œuvre d’osier installée dans les airs du transept de Saint-Merry pour la Nuit Sacrée, une nuit interconfessionnelle de chants religieux qui s’est déroulé le 20 mai 2018, correspond à la première partie de l’exposition de Julie Legrand. La seconde partie, réalisée in situ, utilisera principalement le verre et le marbre en jouant avec l’architecture du lieu.
A voir avant le 30 juin 2018.

Entretien avec l’artiste sur cette œuvre mystérieuse la nuit.


« Les bouches à nourrir », est une œuvre qui offre déjà les prémices de ce que l’artiste et ses œuvres expriment : le sens de l’installation dans les lieux et le rapport de sens qu’elle noue avec l’environnement immédiat, l’usage de matériaux proches de la nature et finement travaillés, l’ouverture à de nombreux sens possibles. Julie Legrand surprend et crée un univers ouvert sur la beauté.

«  Julie Legrand adore perturber l’espace. Toujours délicatement et avec une patience folle, elle emporte vers le rêve. Un rêve souvent merveilleux et parfois perturbateur. » Anne Kerner (critique d’art)

Elle travaille la matière comme un artisan et son pouvoir d’expérimentation et d’hybridation des matériaux (verre, bois, mousses, marbre, etc.) ne semble pas avoir de limites. Lire V&D >>>
.

Pour Saint-Merry, elle a choisi l’une de ses créations récentes réalisée avec une matière nouvelle.

L’osier.
• L’osier, une branche du saule, cette famille aux 160 espèces : un signe de multitude.
• Le rameau de saule planté en terre revient à la vie : un symbole d’immortalité.
• L’osier utilisé par les gens du voyage : un symbole de liberté.
• Un bois ancien et souple utilisé dans toutes les sociétés : un élément de la vie quotidienne.
• Le saule : un arbre mentionné à de nombreuses reprises dans la Bible.

Une forme.
• « Cette forme maternelle évoque ce qui nous nourrit, ce vers quoi on tend.
• Placée dans les airs, l’installation invoque les nourritures célestes.
• Utilisé dans les berceaux, le matériau est protecteur du nouveau-né.
• Par sa forme, l’installation évoque les nasses, ici ouvertes, non pour capturer, mais pour accueillir ou encore la corne d’abondance. » (Julie Legrand)

Dans un entretien avec Voir et Dire, Julie Legrand situe l’œuvre dans sa dynamique créative.

V&D  : L’osier, un matériau ancien et banal. Depuis quand pratiques-tu ce matériau ?
Julie Legrand  : Depuis 2017. J’avais suivi une formation en vannerie il y a deux ou trois ans, et de cette époque je gardais dans mon atelier une petite pièce (d’1m20 de long quand même ) en osier, que je regardais régulièrement, comme une présence fantomatique et heureuse à la fois.

V&D : Tu aimes expérimenter. Qu’a l’osier de si particulier par rapport aux autres matériaux tels le bois et le verre ?
Julie Legrand : Il est flexible, léger, et dessine dans l’espace. J’avais envie de travailler avec un matériau léger pour pouvoir travailler en hauteur. J’aime sa blondeur et le fait qu’il puisse être aussi brun - noir.

J’avais envie de travailler à une échelle plus grande que celle du verre, de faire des pièces qui puissent « voler ». En outre, la tige d’osier, qui devient de plus en plus fine ressemble à la fois à une ligne au pinceau ou au crayon quand le trait est dessiné dans un souffle ; elle me faisait penser à des dessins et à des peintures que je faisais il y a quelques années, des petits croquis que je gardais précieusement.

La tige d’osier ressemble aussi à la pointe de mon verre quand je l’effile et qu’il devient aussi fin qu’un cheveu. Je retrouve entre le verre effilé et l’osier la même souplesse, le même rebondi et la même disparition progressive de la ligne.

Il me fallait changer d’échelle de la création. En 2006-2008, je devais intervenir sur tout un quartier (Exposition résidence « La Manu en ébullition » à Saint-Quentin), je désirais changer d’échelle. Aussi suis-je passée du verre soufflé au chalumeau, du verre soufflé à la canne, puis aux bulles de savon géantes qui sortaient des cheminées, des égouts, des œils-de-bœuf des maisons...Changer d’échelle m’obligeait à changer de matériau, mais je gardais ce qui m’intéressait : l’évanescence, la propagation, la brillance, la transparence, la vitalité...

Ici l’osier remplace le verre - j’ai fait en 2017 des œuvres où le verre s’effile comme de l’herbe, mais plus encore comme des cheveux (« Météore »), comme des traînées de comètes. Les tiges d’osier s’en rapprochent.

V&D : Cette œuvre a été conçue à l’école d’art de Fresnes (un autre arbre…). Comment cela t’est-il venu ?
Julie Legrand : Depuis longtemps, j’avais envie de travailler l’osier, de fines bandes, des tiges dans la suite des petites peintures et dessins d’il y a plusieurs années, et je voulais construire des volumes qui se déploient.
À l’occasion d’une formation en vannerie - courte, mais très pratique -, j’ai pu confirmer qu’il y a avait réellement une continuité entre ces petites peintures et les tiges d’osier. J’ai eu alors envie de travailler vraiment en grand, en suspension dans l’air. L’école d’art de Fresnes m’a proposé une exposition dans un très grand espace, cela collait parfaitement à mes désirs.

V&D  : Pourquoi as-tu proposé à Saint-Merry, dans le cadre de l’appel à projets 2017, d’accueillir cette œuvre ? Le sens initial a-t-il été transformé ?
Julie Legrand : Depuis l’exposition organisée par Marie Deparis et Magali Briat Philippe au monastère royal de Brou en 2015-2016, je souhaitais travailler dans une nef d’église.
Les nervures gothiques et la couleur des pierres correspondent bien à l’osier. Les lignes se renforcent.
La forme que dessine cette installation est à fois un œil, un sein, une corne d’abondance. Il est ce vers quoi on se tourne, avec un désir d’élévation.

L’exposition de Fresnes se déroulait dans le contexte électoral de 2017. Ce sein nourricier était une manière d’affirmer que la culture est absolument nourricière par l’art, la création et les rencontres qu’elles permettent.

Dans le cadre de Saint-Merry, c’est l’aspiration à plus grand que soi qui l’emporte.

Et sûrement un travail sur la mère manquante, ou présente .... Une interrogation sur l’âge adulte peut-être.

http://www.julielegrand.com

Née en 1973, elle vit et travaille à Paris, mais aussi partout où on lui demande de faire des installations.

Jean Deuzèmes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.