Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Regarder > V&D décrypte des œuvres et des expos > Family Pictures. MEP


Family Pictures. MEP



La famille, un projet esthétique chez les grands photographes américains, une constante singulière qui traverse l’œuvre de trois d’entre eux : Nicolas Nixon, Harry Callahan, Robert Frank.

JPEG - 78 ko
Harry Callahan, Eleanor, 1947

Quand elles ont comme sujet la propre famille des artistes, les séries amplifient la force des photographies. Les collections de la Maison Européenne de la Photographie sont riches d’approches différentes qui transforment les traditionnels récits de la vie familiale en projets esthétiques autonomes. En effet, le rapport singulier de l’artiste à son modèle est alors transcendé par le lien de parenté, par la connaissance intime de l’autre, voire par la traversée d’un deuil.
Au moment où Saint-Merry faisait découvrir Michiru Nakayama (>>>) et ses portraits intimes de familles dont elle ignorait la trame et la densité des relations, la MEP (28-10-2016/ 29-01-2017) clôturait une exposition de séries aux sens très différents, de l’autofiction à la vision universelle en passant par la recherche de nouvelles esthétiques.

Trois séries choisies parmi d’autres par V&D : Nicolas Nixon, Harry Callahan, Robert Frank.

Nicolas Nixon (né en 1947 à Détroit) est marqué par le lien qui unit sa femme Bebe à ses trois sœurs cadettes, Heather, Mimi et Laurie.

JPEG - 94.1 ko
The Brown Sisters, New Canaan, 1975
JPEG - 252.4 ko
The Brown Sisters, 1990
JPEG - 420 ko
The Brown Sisters, Eastham, 2000
JPEG - 548.3 ko
The Brown Sisters, Truro, 2016

Il les photographie ensemble chaque été depuis 1975, côte à côte et toujours dans le même ordre, de gauche à droite. La pose varie légèrement, elle révèle les évolutions de l’époque par les vêtements ou les coiffures, elle exprime surtout par les variations légères des rapports entre les quatre sœurs : de la distance lorsque personne ne se touche à l’enlacement du groupe affirmant sa solidarité face au temps qui s’écoule. Cette constance du projet donne une valeur universelle à la résistance de l’amour familial, alors que les rides et la transformation des corps témoignent du passage de l’âge. La vitre de protection de chaque photo joue la fonction des tableaux miroirs de Pistolleto où le visiteur se voit dans la position du photographe et est associé à l’œuvre, ici quatre femmes qui le regardent intensément, avec leur bonheur d’être encore ensemble chaque année.

La finesse des tirages participe de sa méthode et contribue à l’universalité de ces tableaux en noir et blanc : photos d’extérieur en grand format et tirage par contact direct.

Harry Callahan (1912-1999) est un photographe qui a marqué des générations d’artistes par sa rigueur de composition mise en œuvre dans ses trois axes de prédilection, la ville, la nature et sa famille. La grande exposition Variation de 2010 en avait souligné la force.

JPEG - 108.2 ko
Harry Callahan, Eleanor, 1947

Marié pendant 63 ans à Eleanor, il l’a photographiée presque de manière obsessionnelle pendant plus de deux décennies (1941-1963). Elle, d’éducation méthodiste, s’est laissée convaincre par le regard pudique et distancié de son mari, dans l’espace public ou dans l’intimité, habillée ou nue.

JPEG - 204 ko
Eleanor, Port Huron, 1954
JPEG - 282.7 ko
Eleanor, Chicago, 1949

« Cela faisait partie de notre vie quotidienne, il aimait juste prendre des photos de moi. Dans toutes les poses, à n’importe quel moment et quoi que je fasse. Il pouvait dire ‘Viens vite Eleanor, la lumière est belle, et j’arrivais. J’étais toujours là pour lui, car je savais que Harry ferait quelque chose de bien [1] » .
Les photos ne sont pas simplement celles d’un homme amoureux, quoiqu’il le fût, mais celle d’un artiste qui s’appuie toujours sur le même modèle pour faire des recherches sur la lumière, les poses, les compositions dans des milieux toujours différents, une expérience plus profonde encore que chez les peintres [2]. Ses séries font d’Eleanor une sorte d’icône de la femme et de la mère.

Robert Frank (né en 1924 à Zurich) dont la grande œuvre Les Américains (1958) a accompagné la découverte des poètes de la Beat Generation, est passé par le film avant de revenir à la photo en 1972, sous la forme d’autofictions. « Depuis 1972, dans les temps morts que me laissent mes films ou mes projets de film, je photographie. En noir ou en couleurs. Quelquefois j’assemble plusieurs images en une seule. Je dis mes espoirs, mon peu d’espoir, mes joies. Quand je peux, j’y mets un peu d’humour. Je détruis ce qu’il y a de descriptif dans les photos pour montrer comment je vais, moi. Quand les négatifs ne sont pas encore fixés, je gratte des mots : soupe, force, confiance aveugle... J’essaie d’être honnête [3]."
En 1974, il perd sa fille dans un accident d’avion et son fils décède en 1994. Son travail devient alors très sombre. Dans ses montages, il écrit sur le tirage ou gratte le négatif sans que l’on sache décrypter les scènes, sauf quand il mentionne explicitement ses enfants. Ses clichés prennent des allures de mystères où le désarroi, la solitude, le marquage du temps transparaissent.

JPEG - 180.7 ko
Robert Frank. Today is My Daughter’s Birthday, April 1994

Deux vidéos sur Harry Callahan et son influence
Brève (5’)
Longue (30’)

Jean Deuzèmes


[1Cité dans le cartel de la MEP

[2On se souvient d’Amélie Matisse, de Marthe Bonnard, le modèle que l’artiste épousa, ou encore d’Annabel, la femme de Bernard Buffet.

[3Robert Frank, Photo Poche, 1983, cité par Wikipedia.

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.