Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Expositions 2015 à Saint-Merry


Expositions 2015 à Saint-Merry



Accueillir et exposer des artistes dans une église ne relève pas de la même logique ou du même esprit que les présenter dans une galerie ou un espace public. Visite des projets retenus pour 2015.

JPEG - 174.7 ko
Maxim Kantor. Merry Cathedral. Détail

Le 6 décembre 2014, une quinzaine de membres de V&D se sont réunis et ont examiné les propositions parvenues.

Une riche moisson pour une année particulière : le quarantième anniversaire du Centre Pastoral Halles-Beaubourg qui anime Saint-Merry. En effet, l’archevêque de Paris, François Marty avait accordé en 1974 un statut et une mission spécifique sur la culture contemporaine à ceux qui « habitent » ce lieu, face au Centre Pompidou.

Les artistes relèvent pour la plupart de trois groupes majeurs (>>>)

-  ceux qui se proposent spontanément, parfois sans même s’être informés sur les conditions de cet accueil,
-  ceux qui sont recommandés par des artistes ayant déjà exposé, par des membres de la communauté ou encore par des commissaires amis,
-  ceux qui ont été découverts et contactés par l’un ou l’autre membre actif de Voir et Dire.
En 2015, il faut ajouter un nouveau groupe d’artistes :
-  ceux qui ont déjà été exposés, ont été appréciés et qui reviennent avec un projet nouveau très fort.

Les propositions 2015 ne permettent ni d’identifier ni de confirmer de nouvelles percées de l’art contemporain en général tant celui-ci est divers, mais on peut souligner quelques traits de l’attraction exercée par Saint-Merry sur les artistes qui ont proposé une ou plusieurs œuvres.

JPEG - 359.8 ko

• Plus d’artistes qu’auparavant se soucient de ce lieu et de ce qui s’y passe. Ils souhaitent créer pour Saint-Merry. Cela amène V&D à changer sa relation aux créateurs. Le dialogue préalable devient fréquent. Souvent, les œuvres proposées ne sont pas encore réalisées, elles ne sont qu’intentions très argumentées. On ne sait donc pas exactement quand elles seront réalisées ou exposées.

• Certains artistes ont proposé plusieurs œuvres parmi lesquelles V&D a été amené à faire des choix après discussion.

JPEG - 333.7 ko

• En 2015, plus souvent qu’auparavant, les propositions sont à connotation spirituelle ou méditative. Cette posture n’a pas cependant à devenir la règle implicite des expositions pour des candidats futurs. En effet, V&D n’attend pas que les artistes se cantonnent dans un art dit sacré ou religieux, a fortiori codé ou normé, mais souhaite surtout que Saint-Merry demeure un lieu de création accueillant et épris de liberté. L’objectif principal demeure : toucher les visiteurs comme les habitués du lieu, leur offrir un moment d’ouverture, de réflexion et de respiration, et cela de manière originale.

Si Saint-Merry se singularise par sa volonté de faire connaître des artistes non connus des circuits commerciaux, il s’est noué aussi des relations d’amitié avec quelques artistes de renom ou commençant à être repérés par le marché de l’art.

JPEG - 426.2 ko

Il n’y a pas de « ligne Saint-Merry », il suffit que l’œuvre puisse dialoguer avec le bâtiment, en s’affirmant avec force parfois, et entre en résonance avec ce que la communauté qui l’anime perçoit du monde, de ses espérances et de ses inquiétudes.

V&D a reçu ou engagé un dialogue préparatoire avec 18 artistes et en a choisi 11, la majeure partie exposant durant trois semaines, dont les projets sont exposés ci-après.

Maxim Kantor. Merry Cathedral

JPEG - 196.4 ko
Maxim Kantor. Merry Cathedral

Maxim est un très grand artiste russe vivant et travaillant entre Berlin et l’Île de Ré. Il a déjà exposé deux fois à Saint-Merry ; en 2013, il a souhaité réaliser un grand tableau pour cette église autour de la figure du saint dédicataire, Merry ou Merri. L’Équipe Pastorale ayant donné son accord, le dialogue s’est poursuivi, un argumentaire lui a été suggéré. Après quelques essais qui ne l’ont pas satisfait, l’artiste a choisi une autre orientation et a achevé son œuvre en août 2014, puis l’a exposée une première fois dans une grande galerie étrangère, au côté de nombreuses toiles puissantes de facture expressionniste, selon son style. Il y a chez Maxim Kantor trois dimensions fortes : la dénonciation des dictatures politiques, notamment le communisme et de plus en plus souvent le despotisme de V. Poutine ; l’empathie humaine et l’ardente défense de la dignité ; l’immersion dans la spiritualité et l’expression de la foi. Avec cette œuvre, dont le titre joue avec les mots, « la cathédrale joyeuse », Maxim Kantor mêle ces trois dimensions et peint une vision prophétique de l’humanité, à partir de son interprétation des Textes. L’œuvre sera accrochée dans une chapelle Rococo du XVIIIe siècle.

Site de l’artiste

Camille Goujon. Vitraux animés - Nuit Blanche 2015

JPEG - 162 ko
Camille Goujon. Vitraux animés - Nuit Blanche 2015

Camille est une jeune artiste très innovante qui a déjà exposé une vidéo remarquée à Saint-Merry : Cruci Fiction. Elle dessine chaque image sur des plaques de verre puis monte un film à partir de ses milliers de dessins peints. Ce travail, nourri d’humour et quelque peu titanesque pour 2 à 3’ de film, est réalisé après la production d’un script qui, pour la Nuit Blanche, sera fondé sur une interprétation personnelle de passages des Écritures. Six écrans tendus entre les piliers de la nef seront visibles en recto et verso et un septième de très grande dimension sera le support d’une œuvre qu’elle vient de réaliser pour une résidence d’artistes à Pantin.

L’artiste a en outre proposé de réaliser un petit film d’animation avec des volontaires du CPHB.

Site de l’artiste

Anne Gratadour. Champ de blé à Chalmont

JPEG - 170.5 ko
Anne Gratadour. Champ de blé à Chalmont.

Une œuvre « gigantesque » conçue pour la nef.
Anne Gratadour a, elle aussi, exposé sept œuvres ayant frappé l’attention, autour du thème de la mise au tombeau et de la résurrection, qui ont été accrochées dans la nef. Elle revient avec une œuvre profane, joyeuse, mais ouvrant sur un thème symbolique, la moisson. C’est la taille qui singularise cette toile conçue pour la nef : 4 x 12m. Elle pendra des voûtes.

Achot Achot

JPEG - 77.5 ko
Achot Achot
JPEG - 141.4 ko
Achot Achot

À l’occasion de l’événement « Cultures arméniennes » de janvier 2015 conçu par le jeune groupe « Souffle collectif », avec lequel V&D a déjà collaboré en faisant découvrir le courant d’artistes ivoiriens Vohou Vohou, il a été proposé à Achot Achot, plasticien arménien, d’imaginer des œuvres pouvant prendre place, avec d’autres, en différents endroits de cette église. Il a répondu à l’invitation, en peignant quatre grands étendards à accrocher entre certains piliers de la nef, quatre anges contemporains dans la résonance de toute une tradition byzantine et proche-orientale. Il réalisera en outre deux installations minimales et fragiles à base de farine, la matière première constitutive du pain. Il est possible que Saint-Merry montre une de ses vidéos pour un temps liturgique ultérieur.

Site de l’artiste

Kra N’Guessan. Les « Christ de Kra »

JPEG - 294.1 ko
Kra N’Guessan. Why ?

En préparant l’exposition Vohou Vohou, ce mouvement datant des années 80 mais toujours actuel et curieusement peu connu, V&D a découvert dans les réserves de Kra N’Guessan cinq ou six tableaux : des Christ peints après la guerre d’Irak, inspirés par les tremblements du monde et ses injustices, des œuvres de taille modeste mais fortes. Contrairement à d’autres expositions qui jouent sur le spectaculaire, l’accrochage qui est envisagé privilégiera l’intime, le recueillement.

Le claustra

JPEG - 142.8 ko
Le claustra
JPEG - 149.9 ko
Le claustra

Lors de la restauration récente du porche de Saint-Merry, il a été procédé au nettoyage et à la réparation d’un vitrail translucide donnant sur un petit espace situé au bout de l’ancienne nef réservée à la paroisse, le deuxième collatéral sud. Si on n’en connaît pas la fonction initiale -peut-être servait-il uniquement de sas vers les caves- il a été entouré par un splendide claustra de bois Renaissance récupéré. Les usages récents ont été des plus variés : stockage de matériel, lieu de projection vidéo, accrochage d’œuvres ou d’installations.

Or cet endroit sombre a changé complètement d’aspect en devenant très clair. Un débat a été ouvert sur son occupation et son aménagement. V&D propose d’en faire un lieu d’accueil pour de petits collectifs, une halte urbaine sur le chemin de Beaubourg, incitatrice à la réflexion personnelle, un espace léger et minimaliste laissant admirer l’architecture, susceptible d’accueillir des expositions très sobres et adaptées. En accord avec la petite équipe en charge de cette réflexion et pour tester une telle appropriation du lieu, V&D a demandé à un photographe, Jean-Christophe Ballot, d’y accrocher des œuvres.

Jean-Christophe Ballot. Mains de gisants

JPEG - 97.6 ko
Jean-Christophe Ballot. Mains de gisants.

Jean-Christophe Ballot, architecte de formation, est devenu photographe. Il produit ses propres œuvres mais répond aussi à des commandes. C’est ainsi qu’il lui a été demandé de photographier les célèbres gisants de la basilique Saint-Denis au nord de Paris. Il a utilisé avec grande justesse des éclairages spécifiques qui ont donné un aspect de douce peau humaine à ses personnages de pierre. V&D lui a demandé d’extraire les photos portant sur les mains, puis d’en faire trois groupes qui seront accrochés sur les murs blancs du claustra.

JPEG - 97.3 ko
Jean-Christophe Ballot. Mont Athos.

L’artiste a proposé aussi une photo du mont Athos, aussi dénudé que le claustra. Sa localisation est différée.

Jean-Christophe Ballot. Gisants debout

JPEG - 85.6 ko
Jean-Christophe Ballot. Gisants debout.

Lors du dialogue avec des membres de V&D, l’artiste en est venu à imaginer une autre présentation de ses photos réalisées pour les monuments historiques : mettre les gisants debout, les agrandir à taille humaine afin que les visiteurs puissent s’y mesurer, donner ainsi une vision de permanence comme le sont les piliers de pierre de Saint-Merry, créer un paysage de photos entre lesquelles on circulera, enrichir les bas-côtés de l’église d’une autre forme architecturale. Ce projet nécessite un certain nombre de moyens et devrait susciter l’étonnement tant il est en lien avec de nombreuses sources de la culture et ouvre à de multiples interprétations.

Site de l’artiste

Mark Weighton. Dodecad

JPEG - 171.1 ko
Mark Weighton. Dodecad.
JPEG - 204.5 ko
Mark Weighton. Dodecad.

Mark Weighton est un plasticien, dessinateur, peintre, sculpteur, paysagiste. Il vit et travaille en Angleterre. Par la médiation d’un ami, il passe par Saint-Merry chaque fois qu’il vient à Paris. C’est donc un habitué d’un autre type ! Pour cette église, il a souhaité réalisé un vaste projet de 12 tableaux (150x150) et un plus important (300x300) : une Cène jouant à la fois sur les couleurs et les motifs d’une géométrie des lignes totalement maîtrisée. Derrière cette forme de labyrinthe à laquelle on peut aussi rattacher la tradition des mandalas, toutefois de manière épurée, l’artiste explore sa perception de l’existence où les tous êtres sont reliés. Il s’agit pour lui d’exprimer toute une spiritualité que les titres de ses précédentes expositions ne cachent pas : « The one and the many », « Incontrovertible evidence for the existence of God ». Pour produire une telle œuvre, qui exige temps et minutie, il a choisi de se mettre en résidence dans un couvent. Ce sera la première fois qu’il exposera en France.

Site de l’artiste

Anne Labarrere-Beigbeder

JPEG - 130.2 ko
Anne Labarrere-Beigbeder.
JPEG - 126.1 ko
Anne Labarrere-Beigbeder.

Anne Labarrere-Beigbeder vit et travaille à Bruxelles après avoir souvent parcouru le monde. Elle construit son œuvre sur un ensemble de techniques apparemment simples : le stylo bille à 4 couleurs, des papiers Canson de petite dimension, les traits entremêlés pour déconstruire les fragments de son travail préparatoire, le tout étant fait de mémoire, et enfin l’assemblage/composition de l’ensemble sur des grilles souples de plastique destinées aux chantiers. Ce type de dessins, dont l’ensemble est, in fine, de grande taille (280X120), se fait avec lenteur et se nourrit d’introspection, le geste faisant apparaître un mystérieux inconscient d’artiste. Pour Saint-Merry, elle a proposé d’aborder la question de l’extase. À l’automne 2014, l’une des deux œuvres était achevée. L’autre viendra en son temps.

Thomas Tronel Gauthier. Le cratère

JPEG - 131.8 ko
Thomas Tronel Gauthier. Le cratère.
JPEG - 97.4 ko
Thomas Tronel Gauthier. Mécanique des fluides.

Cet artiste, qui vit et travaille à Paris, voyage dans le monde entier et y recueille des matériaux, des formes, des images et des films qui constituent la base de ses œuvres ultérieures. Il ré-explore la nature, prend certains de ses éléments, en fait des sculptures et des installations, puis les magnifie jusqu’à les recouvrir de feuilles d’or. Mais il le fait en croisant de multiples références artistiques ou spirituelles (Lire V&D : Nativité). Avec « Cratère », il passe de l’éphémère au pérenne, de la nature à la culture et propose une installation paisible et méditative, ouverte à différents sens, mais qui exprime visuellement le questionnement sur l’origine des choses, sur leur trace : un cratère d’eau laissé sur le sable lorsque la mer s’est retirée. De ce creux moulé en silicone sur place, il propose des déclinaisons introduisant l’étrangeté et la préciosité dans ses formes : la photographie, des sculptures vibrant à la lumière rasante et même dorée. L’ensemble créerait un environnement contemporain propice à une halte urbaine et pourquoi pas à la libre interprétation dans ce bâtiment saturé de peintures narratives.

Site de l’artiste

Benjamin Hochart

JPEG - 126.8 ko
Benjamin Hochart.

Cet artiste qui vit et travaille à Paris crée des toiles, des dessins, des tapisseries, des formes souvent de grande taille, colorées mais captant la lumière des lieux où l’œuvre va être exposée. Il oscille entre l’informel, l’abstraction et la grande composition géométrique. Lui non plus ne délivre pas de message ; il s’efforce d’ouvrir un environnement de méditation et propose un temps de repos visuel, gratuit. Une approche contemporaine de la beauté peut-être.

Pour Saint-Merry, l’œuvre sera imaginée et prendra forme après des rencontres préalables avec des membres de cette communauté.

Site de l’artiste

Vincent Dulom

JPEG - 70.5 ko
Vincent Dulom.

Cet artiste a mis en œuvre des techniques de jet d’encre pigmentaire sur du papier Canson qui produisent des effets visuels étonnants et privilégient une forme : le disque dont les bords s’effacent. Les lentilles colorées qu’il crée semblent flotter avec leur support et attirent l’attention. Vincent Dulom, imprégné du minimalisme, a proposé d’introduire un contre-point aux décors des chapelles nord du XIXe, surchargées par leur décoration, qui plus est dans les pires conditions : la lumière froide d’octobre-novembre. « Vincent Dulom est un peintre en quête du sublime. C’est aussi un penseur dans la lignée d’un saint Augustin, dont il a en commun l’exigence, la rigueur, et avec lequel il partage le goût de la simplicité. »(Lire V&D).

Un pari étrange pour Saint-Merry : exposer trois lentilles de 50cm de diamètre placées sur des petites tables spécialement conçues pour cette installation.

Site de l’artiste

JD


Vous souhaitez découvrir et faire connaître ces expositions, abonnez-vous à la lettre ou écrivez à www.voiretdire.net{{@}}gmail.com

Messages

  • De quoi donner une folle envie d’entrer sans tarder dans l’année nouvelle ! Je suis conquis par la Merry Cathedral de Maxim Kantor annoncée depuis quelque temps déjà, intrigué par les vitraux de Camille Goujon, impressionné par le projet d’Anne Gratadour, intrigué par les Christs de Kra N’Guesdan, curieux de voir les gisants debout de Jean-Christophe Ballot, etc.

    Je mesure bien le travail que cette convocation d’artistes représente et je vous en suis très reconnaissant.

  • Bravo pour ce bel esprit d’ouverture, une église est un lieu bien chargé d’émotions et de foi, je trouve que l’art y a tout naturellement une place, même si comme moi on est agnostique. Surtout si ? À voir, et à dire bien sûr...

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.