Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...


Accueil > Artistes invités > Artistes présentés antérieurement > Anne B.Sollis. 4 couleurs


Anne B.Sollis. 4 couleurs



Une technique étonnante de dessin Low Tech, le Bic à quatre couleurs, au service d’un projet qui met en tension ce medium insolite des arts visuels, les sujets, l’imaginaire, le regard du spectateur.

Anne B.Sollis vit et travaille à Bruxelles. Elle s’est installée dans le dessin d’une manière étrange. Des moyens réduits — un stylo Bic à quatre couleurs et des feuilles de papier cartonné de même taille— pour réaliser des œuvres de grande dimension par assemblage — 3x4m actuellement — et obtenir une impression visuelle maximale.

Ce que vous apercevez de loin diffère de ce que vous voyez de près. La technique utilisée tient de la prouesse et, du fait de l’engagement gestuel de l’artiste, l’œuvre emprunte à l’esprit de l’expressionisme et s’impose au visiteur en l’obligeant à changer de focale pour la comprendre. Cette exposition dans une église est une reconnaissance de la dimension spirituelle cachée d’une démarche artistique hors des sentiers battus.

La technique est totalement maîtrisée. Elle rappelle celle de l’imprimerie des grandes affiches où les images émergent de l’agencement de points teintés uniquement dans les trois couleurs primaires, la vision rétinienne étant produite par le jeu des décalages des ponts ou de leurs superpositions. Anne B.Sollis, quant à elle, utilise non pas des points mais des lignes éminemment souples en quatre couleurs d’encre afin d’obtenir de multiples nuances et de la profondeur. Apparemment brouillon, le travail ne relève pas cependant de l’informel puisque l’image figurative apparaît clairement dès que l’on recule.

La signification des dessins ainsi que les sujets sont secondaires pour Anne B.Sollis, c’est la démarche qui prime. Non pas seulement la technique, mais le support dans sa vulnérabilité –les feuilles de papier cartonné — et la simplicité de l’accrochage —des pinces à dessin sur des grilles communes utilisées dans le bâtiment. Il y a un côté Franciscain ou encore Low Tech dans sa pratique.

JPEG - 138.4 ko
G.L.O.R.I.A. & E.L.L.E.

Les feuilles de papier cartonné ne forment pas un support homogène, comme pourrait l’être une tapisserie traditionnelle, mais une surface déchiquetée faite de morceaux placés diversement, un patchwork discontinu parfois. Cela tient de l’esprit du collage, mais aussi de celui du vitrail contemporain : une grille, des feuilles qui vibrent à la lumière. Tout est mis en tension. Vue de près, l’œuvre d’Anne B.Sollis ouvre sur le tumulte et sur le chaos, il n’y a pas de limite a priori à ce qui est montré ; vu de loin cela devient lisible. Comme dans la vie réelle, il faut prendre de la distance pour comprendre.

JPEG - 97.9 ko
T.É.O.

Les sujets des cinq grandes œuvres ont une origine : ils relèvent de récits visuels puisés dans des photographies choisies pour leur forme ou pour les stéréotypes de la société moderne qu’ils véhiculent. De la banalité, l’artiste tire de l’extraordinaire et en transforme le sens initial. Sur les photos de stars, elle exerce une réflexion critique et renvoient ces dernières à la banalité. Les sujets et les titres laissent alors des indices. « T.é.o. » est l’image d’un oiseau mort ; c’est donc la mort qu’elle cherche à représenter. « G.l.o.r.i.a. », un titre de la rockeuse Patty Smith, peut se lire comme une approche de l’extase féminine dans le sillage des artistes de la Renaissance ou encore récemment d’Ernest Pignon-Ernest (voir article V&D), avec toutes les ambiguïtés de ce type de représentation.

Son passage de la photographie au dessin est tout aussi étrange que sa technique. Elle ne trace pas une grille de repère sur la photo afin de la copier fidèlement comme le font les artistes hyperréalistes, mais elle commence par projeter la photo, puis elle reproduit l’image morceau par morceau, sans vision d’ensemble avant d’assembler les feuilles. C’est la main d’Anne B.Sollis qui « parle » et interprète pour elle ; l’artiste déroule, mais emmêle aussi, les fils d’Ariane de son univers intérieur du moment. Il y a un étrange côtoiement de l’inconscient dans ce qui nous est donné à voir. Les dessins apparaissent comme le résultat de sa méditation, de sa rumination pourrait-on dire aussi, tant les lignes sont mêlées.

Cette œuvre qui allie le chaos et la netteté, la pauvreté des moyens et la banalité des sujets a une dimension spirituelle implicite.

L’artiste présente l’origine photographique de ses dessins.

"Elle" provient d’une photo de magazine, c’est l’actrice Elle Fanning alors âgée de 10 ans. Dans cet article, elle disait : "je ferai tout pour être actrice, il n’y a rien que je ne ferai pas." Cette arrogance et cette dureté en contraste avec ce corps de petite fille m’ont interloquée. C’est ma première grande œuvre. J’ai voulu la faire aussi grande que son ambition.

Pour "Gloria", j’ai mélangé une œuvre de Tamara de Lempika , déjà reprise par une artiste japonaise (dont j’ai oublié le nom) à mon propre visage (dans une pose simulée d’extase).L’artiste japonaise avait reproduit la peinture sur une assiette puis l’avait cassée. d’où les brisures dans mon dessin.
Le titre vient de la chanson de Patti Smith :G.L.O.R.I.A.

"Floating" (into the paper), provient d’une photo d’une sculpture de l’artiste Anish Kapoor "Shooting into the corner ". Il s’agit de traces de cire rouge projetée à l’aide d’un canon dans le coin d’une pièce. J’y ai vu le magma de mon inconscient. J’aime l’idée d’opposer la lenteur de mon procédé au Bic à l’immédiateté et à la violence de la projection. Légèreté versus lourdeur et puissance.

"Lui" est tiré d’une publicité pour sous-vêtement de 1969 du magazine Lui. Pour moi c’est une parodie de cet univers masculin (whisky, cigarettes Dunhill, sueur, servante asiatique au second plan).La publicité mentionnait Bangkok, 4 heures du matin, partie de poker...

"Téo" vient d’une animation que mon mari avait faite. Il s’agissait des étapes de décomposition du corps d’un oiseau mort (tué par son chat Téo). Je l’ai dessiné plusieurs fois. Le corps me faisait penser à une barque et je l’ai dessiné de la taille d’une barque.

Anne B.Sollis

JPEG - 229.1 ko
E.L.L.E.

http://www.annebsollis.com

Jean Deuzèmes


Vernissage le samedi 16 avril de 15h à 18h30

Exposition du 14 avril au 4 mai du lundi au samedi de 13 à 18h

Un message, un commentaire ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?





Votre message





Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.