Voir & Dire : un réseau de personnes curieuses de l’art contemporain, un dispositif d’accueil des artistes et de leurs œuvres à Saint-Merry, église du centre de Paris, un lieu d’expositions et de débats, un site internet de formation et de découvertes...




Accueil > Actualité > NICOLAS HENRY ET FLORIANE DE LASSEE. INDE : CONTES ET REALITES (...)

NICOLAS HENRY ET FLORIANE DE LASSEE. INDE : CONTES ET REALITES <13-01-19

jeudi 29 novembre 2018

Annonce  : Ils sont photographes et parcourent le monde ensemble. Ils le racontent à leur manière, plein d’imaginaire, dans des livres et des expositions communes.
Ils aiment l’Inde, y vont souvent et leurs grands formats couleurs témoignent de réalités sociales et patrimoniales.
Ils sont très impliqués dans des ONG d’Inde qui défendent la cause des enfants et des femmes.
JPEG
Mais chacun a son sujet, son style et sa manière d’exposer.

Pour Saint-Merry, ils exposent à l’occasion de Noël à Saint-Merry. 10 décembre-13 janvier.
Vernissage : Lundi 17 décembre 2018
Nicolas Henry est un familier de Saint-Merry. Fondamentalement, il est un conteur et écrivain. Après les deux interventions à Saint-Merry en 2012(Les cabanes de nos grands-parents et Africacités) son imaginaire débordant l’a amené à concevoir un conte en 50 photos. Il adoptera à nouveau une grande mise en scène baroque (du claustra à l’entrée Verrerie) croisant des courants de spiritualité que l’on connaît peu. Cette œuvre détourne aussi les grands mythes contemporains du héros. Les aventures de Supershaktimaan, un superman Hindu, sont traversées par les couleurs et les décors somptueux de l’Inde et du Maroc. Ce conte philosophique oriental nous raconte l’histoire d’amour impossible avec la belle musulmane Shamina. Tels des Roméo et Juliette, cette fable propose une histoire où la tolérance outrepasse les clivages religieux tout en apportant une réflexion sur la spiritualité et la liberté.

Il se propose de donner de la couleur à la crèche traditionnelle déjà installée.

Floriane de Lassée exposera deux séries de grands formats photographiques sur deux questions sociales de l’Inde :
• Les bâolis sont des puits à escaliers permettant les ablutions et bains rituels ; ce sont aussi des sources d’approvisionnement en eau potable pour tout un quartier ou tout un village. Ils ont une valeur symbolique forte, mais risquent de disparaître. Quatre grandes toiles seront accrochées dans le transept, alors que la toile de Noël Coypel (1683) ayant comme sujet la rencontre devant un puits entre Jésus et la Samaritaine est en restauration.
• La Sati est l’acte des veuves hindoues s’immolant sur le bûcher funéraire de leurs maris afin de remplir leur rôle d’épouse. L’interdiction de cette pratique séculaire en 1829 n’a pas suffi à changer le quotidien des femmes. Neuf photos-tableaux seront installées dans la crypte.
PNGPNG

Prochain article de commentaires dans Voir et Dire